Un article plus technique pour ceux qui aimeraient pousser la réflexion un peu plus loin. Derrière ce titre un peu barbare se cache le dernier travail que j’ai eu à rendre dans le cadre de mes études, à la suite d’un stage de deux mois en milieu hospitalier. 

« Sarcopénie, dénutrition, ostéoporose, résistance à l’insuline… » Ces termes ne vous sont peu-être pas familiers et vous ne pensez pas être concernés avant au moins 40 à 50 ans. Détrompez-vous! Si vous avez un bon patrimoine génétique, il se peut que les effets du vieillissement soient retardés de quelque années mais tôt ou tard, nous serons tous touchés par des modifications physiologiques liées à l’âge.

Un travail à l’origine d’une trentaine de pages mais je vous épargne la première partie qui comprend mon rapport de stage. Passons directement à la seconde partie qui nous intéresse d’avantage: un travail de recherche avec une double problématique.

J’ai pu, lors de mon stage, constater que les personnes âgées étaient la population la plus encline à être touchée par la malnutrition, (autant par des excès alimentaire que, dans des cas plus graves, par la dénutrition). Leur statut nutritionnel étant fragilisé par l’âge, une prise en charge nutritionnelle adaptée s’avérait indispensable. La malnutrition et la dénutrition ne sont pas des maladies mais accroissent les problèmes liés à la vieillesse et ont finalement un impact sur la mortalité. Rajoutez à tout cela une hospitalisation avec alitement prolongé, baisse de l’activité physique, stress et une opération dans le pire des cas et vous avez le cocktail explosif parfait pour rendre les patients encore plus fragilisés qu’à leur arrivée.

Quel est l’intérêt de prendre 15 minutes de votre temps pour lire ce travail?

Cela en surprendra plus d’un, mais les personnes âgées ont des besoins nutritionnels comparables à ceux des sportifs: tous deux ont un besoin accru en nutriments. Les personnes âgées voient leur statut nutritionnel se fragiliser par les modifications physiologiques liées au vieillissement (perte de masse musculaire, moins bonne assimilation des nutriments, activité physique moins importante…) tandis que les sportifs peuvent souffrir de carences en vitamine ou minéraux de part leur activité physique intense et doivent surveiller leurs apports alimentaires.

Vous comprendrez également à travers cette lecture l‘importance de la nutrition dans le processus de guérison ainsi que les raisons qui font que les personnes âgées ont des besoins spécifiques et protéines, vitamines et minéraux.

Vous découvrirez également que les effets du vieillissement peuvent, avec une bonne prévention, une prise en charge adéquate ainsi qu’une activité physique adaptée, être ralentis, stabilisés, voire même inversés dans certains cas, ainsi que tout ce qu’il est possible de réaliser avec une alimentation équilibrée et adaptée au besoin de la personne âgée

J’ai bien évidemment approfondi le sujet ainsi que les mesures à mettre en place lors de la défense de mon travail devant les experts. Pour une  analyse approfondie et une présentation personnalisée, je vous laisse prendre rendez-vous.

Les dernières études scientifiques nous ont prouvées que 70 % du vieillissement s’explique par l’environnement et seulement 30 % par les gènes. C’est dire le rôle de la nutrition et de l’hygiène de vie dans le bien vieillir. 

Un ami philosophe me disait un soir autour d’une bière, d’un jus d’orange fraîchement pressé: « Une femme de 20 ans a le corps qu’elle hérite, à 40 ans celui qu’elle mérite. »

Sur ces paroles pleines de sagesse, je vous souhaite une bonne lecture.

 

Simon

logo-pdf

L’importance de la prise en charge nutritionnelle des patients âgés en milieu hospitalier
Partagez cet article :Share on Facebook
Facebook
Étiqueté avec :                

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *