Avec l’arrivée (puis l’échec) du Coca Cola Life, des bonbons Ricola ou du Ice Tea Weight Watchers à la stévia, les inscriptions « d’origine naturelle » ont fleuri un peu partout. Aurait-on enfin trouvé un vrai substitut au sucre? J’ai même pu lire ici et là qu’on considérait la stévia comme un miracle de la nature. Tant d’enthousiasme devant ce produit « révolutionnaire », on devait bien se faire enfiler quelque part (histoire de rester poli).

On dit qu’elle est non-calorique, qu’elle ne fait pas augmenter la glycémie, qu’elle fait perdre du poids ou encore qu’elle aurait des effets négatifs sur la fertilité des messieurs. Tout un tas d’allégations qui m’ont poussées à creuser le sujet. Et au final, on a pas réinventer la roue. Explications…

La Stévia, c’est quoi?

La stévia est une plante originaire d’Amérique du sud où elle pousse à l’état sauvage et est utilisée depuis des siècles. Elle portait le doux nom « d’herbe sucrée » et était utilisée comme substitut au sucre et dans des breuvage médicinaux.

J’ai été surpris de voir que les études sur le sujet étaient limitées. La revue médicale suisse m’indique tout simplement zéro résultat et sur les moteurs de recherche scientifiques c’est peu concluant. Quels sont donc les effets de la stévia sur une personne en bonne santé?

Au fil des découvertes et des premières recherches, on s’est rendu compte du pouvoir sucrant très puissant de la stévia, 200 à 300 fois supérieur à celui su sucre de table. Un point négatif tout de même, un arrière goût de réglisse. C’est cet arrière goût assez désagréable qui incite les industriels à utiliser du sucre pour le masquer, ce qui limite grandement l’intérêt de la Stévia, nous y reviendront tout à l’heure. C’est par exemple le cas du Coca-Cola Life dont seul un tiers du sucre à été remplacé.

Au vue des connaissances actuelles, il n’est pas possible d’affirmer que la stévia est sans danger pour la santé. C’est pour cette raison qu’en Suisse, la Stévia n’est pas autorisée telle quelle. Une seule exception: les feuilles de stévia peuvent être utilisée dans certaines tisanes à des doses ne dépassant pas 1 à 2 %.

Mais alors qu’est-ce qu’ils mettent tous ces produits à base de stévia?

Stévia vs Glycoside de Stéviol?

Il convient bien de faire la différence entre la stévia, qui n’est pas autorisée et un édulcorant, le glycoside de stéviol, qui en est extrait. Cet édulcorant nécessite une transformation industrielle pour être utilisé sous forme de poudre blanche au goût sucré. le côté naturel en prend tout de suite un coup, je vous l’accorde. C’est en 1931 que deux chimistes français isolent les glycosides qui donnent à la Stévia ce goût sucré. Ces composés ont le propriétés suivante:

  • 200 à 300 fois plus sucrés que que le sucre de table
  • Ne contiennent aucune calorie
  • Ne provoque pas de caries
  • Pas d’effet sur la glycémie (taux de sucre dans le sang).

Les glycosides de stéviol, un produit naturel et/ou bio?

Coca-Cola-Life-copy
A relire, l’article sur cette nouvelle merveille commerciale qu’est le Coca Cola Life

Le processus de transformation pour extraire les glycosides de stéviol lui enlève toute notion de « naturel » et encore plus de « bio ». Les glycosides de stéviol ne remplissent en aucun cas les exigences de l’agriculture biologique.

Les plantes et les produits « naturels » jouissent d’une image positive mais il peuvent tout autant représenter un danger pour la santé. Chacun le sait, tous les poisons les plus puissants se trouvent dans la nature.

Il existe encore de nombreuses zones d’ombre sur la Stévia et ses extraits. Selon l’OFSP (Office Fédérale de la Santé publique):

« Certaines substances présentes dans la stévia peuvent provoquer une chute de la tension artérielle et peuvent faire baisser le taux de glycémie. De plus, des effets sur la fertilité masculine ont été observés et nécessitent des examens plus approfondis. Les données scientifiques disponibles ne permettent pas d’écarter complètement les risques pour la santé liés à la stévia. »

Le principe de précaution!

On comprend mieux pourquoi la Stévia reste encore aujourd’hui interdite comme denrée alimentaire. Si toutefois vous la trouvez absolument irrésistible, vous pouvez la cultivez chez vous en vue d’une consommation personnelle. C’est autorisé, mais vous engagez votre propre responsabilité.

Conclusion

Vous l’aurez compris, ce qu’on nous vend partout comme de la stévia n’est au final rien d’autre qu’un édulcorant issu de la plante après un long processus industriel. Les zones d’ombre sont encore nombreuses et c’est entre autre la raison pour laquelle elle a été autorisée si tard en Suisse (depuis début 2014) ou elle n’est autorisée qu’en tant qu’additif.

La stévia reste à mon avis une belle arnaque, au même titre que les autres édulcorants et le fait qu’elle soit « d’origine naturelle », en opposition aux édulcorants de synthèse (aspartame, cyclamate, acésulfame K…), n’y change rien. C’est un argument marketing qui ne fait qu’amener d’avantage de confusion sur un sujet déjà complexe.

Même si, comme les autres édulcorants, elle peut avoir un l’intérêt ponctuel dans le traitement de l’obésité (on arrête pas du jour au lendemain la consommation de 2 litres de Coca par jour), elle n’est d’aucune utilité pour les personnes en bonne santé. Elle est même le plus souvent déconseillée aux femmes enceintes et aux enfants et quelque chose me dit que si c’est mauvais pour cette partie population, ça l’est sans doute un peu pour nous aussi.

Plutôt du vrai sucre de temps en temps en quantité limitée que des édulcorants sans aucune retenue. Les édulcorants leurrent notre cerveau et entretiennent la sensation et l’envie de sucré.

Nous ne devrions pas manger plus de 18kg de sucre par an et par habitant mais on en est aujourd’hui à 42 kilos. Apprendre à réduire notre envie de sucré et non pas chercher des substituts qui ne résolvent en rien le problème, me semble être un premier objectif intelligent.

Simon

Sources:

  • http://www.bag.admin.ch/faq/index.html?lang=fr&themen_id=2&subthemen_id=56
  • http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=stevia_ps
Stévia, dernier miracle de la nature?
Partagez cet article :Share on Facebook
Facebook
Étiqueté avec :                        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *