Du jus de pommes pour les diabétiques de type 1

Dans le cadre de mon travail en diabétologie à l’Hôpital Riviera Chablais (HRC) jusqu’à fin 2021, je me suis occupé tout particulièrement des enfants et adolescents diabétiques de type 1. Depuis 2019, nous avons produit chaque année du jus de pommes pour financer des activités à l’extérieur des murs de l’hôpital avec les jeunes. On m’a régulièrement demandé des explications sur ce projet. L’occasion d’en faire un article qui reprend la manière dont cette production a vue le jour.

Depuis plusieurs années, les soignants de l’équipe de diabétologie pédiatrique de l’Hôpital Riviera Chablais (HRC) et du Réseau Santé Haut Léman (RSHL) déposent leurs blouses blanches et chaussent leurs baskets pour participer à des évènement sportifs populaires avec les jeunes diabétiques. Exemple ici en 2019, à l’occasion des 20km de Lausanne, en tirant des jeunes handicapés en « joëlette », de l’association Cérébral Vaud.

Le point d’orgue de ces activités est une journée sportive organisée chaque automne à St-Légier : le Diabathlon, sous la responsabilité du Dr Michel Cauderay, diabétologue et pédiatre. Cette journée, ouverte à tous les enfants diabétiques de Suisse Romande, permet aux parents de se rencontrer et d’échanger pendant que les jeunes se dépensent encadrés par des professionnels (médecin, infirmière clinicienne, diététicien et maître de sport).

La nutrition, un des 3 piliers de la prise en charge du diabète

Après avoir organisé des ateliers nutrition lors de ces évènements, m’est venu l’idée d’une journée uniquement consacrée à la nutrition. L’alimentation des diabétiques est un des trois piliers de leur prise en charge, pourquoi ne pas y consacrer une journée entière ?

J’ai alors levé un petit budget, travaillé plusieurs mois sur l’organisation et la logistique, et emmené ces jeunes et leur famille en montagne, réaliser un jeu de piste sur l’alimentation et leur faire découvrir la fabrication du fromage dans un alpage. Derrière chaque activité se cache un objectif pédagogique. L’idée n’est pas uniquement de les sortir de leur zone de confort mais également de leur transmettre des bons réflexes pour gérer leur maladie.

Mais tout cela a un coût ! Et en tant que soignant, je suis confronté depuis plusieurs années à un problème très concret : je peux recevoir les jeunes en consultation à l’hôpital ou au cabinet, facturer sous l’égide de l’assurance de base (LAMal) mais dès qu’il est question d’activités en dehors de l’hôpital, je suis dans l’impossibilité de facturer quoi que ce soit.

Or, l’équipe a constaté que c’est également en déposant nos blouses blanche, en allant faire du sport avec eux, en les emmenant manger et faire des activités dans un cadre moins formel que celui des consultations, qu’ils sont plus réceptifs et que nous pouvons leur transmettre les bons réflexes pour gérer leur maladie. C’est également un bon moyen de garder contact à l’adolescence, période de vie pendant laquelle nous les perdons parfois de vue.

C’est ainsi que, grâce à Monsieur Trisconi, père d’un jeune diabétique de type 1 qui fabrique artisanalement du jus de pommes depuis plusieurs générations, nous avons eu l’idée de produire des cubis pour récolter des fonds et financer des activités avec les jeunes.

2019 : des débuts mitigés

Après une première production de 200 cubis en automne 2019, nous nous sommes rapidement rendus compte de la charge de travail que cela représentait : une organisation et une logistique demandant plusieurs mois de travail, 2-3 jours de production à 12h de travail par jour, une dizaine de bénévoles qui se sont relayés, les frais de production, la matière première, etc. Un travail considérable et un résultat qui n’était pas à la hauteur de nos attentes.

L’idée nous est alors venue d’aller à la rencontre d’entreprises locales qui accepteraient de soutenir notre projet en l’échange de figurer sur nos cubis de jus de pommes. 6 entreprises ont répondu présentes la première année.

Ne pouvant pas réunir les jeunes en 2020 et 2021, années empreintes de restrictions, nous avons également voulu les impliquer dans ce projet en créant un concours de dessin via les réseaux sociaux et nos canaux de communication. Une des jeunes gagnantes des années précédentes, Kélicia Rouiller-Donnay de Troistorrents, s’est par exemple vue remettre un prix et a vu son dessin orner tous les cubis de jus de pomme vendus dans la région.

2020-2021 : un véritable défi

 

Une fois l’activité viable sur le papier et les sponsors trouvés, un long contre la montre de plusieurs mois a débuté pour l’organisation de cette production. Nous avons été limités tout au long des deux dernières années par les mesures sanitaires et, jusqu’à quelques jours avant la fabrication, nous ne savions pas si nous pourrions nous réunir pour la production.

Après 8 mois de travail, 3 jours de production, nous avons mis en cubis deux années de suite plus de 1000 litres de jus de pomme, de manière 100% artisanale.

Avoir une production la plus locale possible nous tenait particulièrement à cœur. Des vergers jusqu’à la production, en passant par notre graphiste, les professionnels de santé et les différentes entreprises qui nous ont soutenues, tout a été réalisé dans un rayon de 20 km autour de l’hôpital de Rennaz. Un grand merci à nos sponsors de ces deux dernières années sans qui rien n’aurait été possible :

Gillioz Jeannot, Entreprise de Peinture à Morgins

Gollut Hydrotec, Chauffage-Sanitaire à Monthey

Planchamp, Boucherie-Traiteur à Vouvry

Norba SA, entreprise de menuiserie à Monthey

CSS Assurance à Monthey

La banque Raiffeisen de Massongex-St-Maurice-Vérossaz et monsieur Fracheboud

La station de ski du Moléson et monsieur Philippe Micheloud

ESKISS SA à Martigny,entreprise de menuiserie, d’ébénisterie et d’agencement

Merci également à notre graphiste, Designperrin au Bouveret pour son travail, la Famille Cheseaux des Vergers d’Aigle et Yvorne qui nous fournit les pommes ainsi qu’à tous les soignants et bénévoles qui sont venus travailler d’arrache-pied pour lors des deux dernières éditions pour produire plus de 1000 litres de jus de pomme. Et finalement merci au Nouvelliste qui a consacré un article à notre projet.

Au terme de la vente des cubis, nous avons réalisé deux années de suite, un bénéfice de >3000 francs pour les jeunes diabétiques. L’année dernière, le chèque a été remis au Réseau Santé Haut Léman (RSHL) :

Cette année, nous avons été rencontré l’Association Valaisanne du Diabète (AVsD) et sa présidente nous a proposé d’inclure notre projet ainsi que nos bénéfices dans une journée sportive qu’ils souhaitent organiser avec les jeunes diabétiques.

En plus de cette production que nous reconduisons en 2022, nous aimerions consacrer une journée de production aux jeunes diabétiques pour que chacun produise son propre cubi. Leur expliquer leur processus de fabrication, pourquoi le jus de pomme ne contient que de l’eau et du sucre, que deviennent les fibres et que fait-on du tourteau une fois les pommes pressées ? pourquoi est-ce que le jus liquide, sans les fibres fait d’avantage augmenter leur taux de sucre dans le sang , etc. Comme é chaque fois, tout un enseignement se cache derrière chaque projet.

Rendez-vous cet automne pour un nouveau millésime et un grand merci à tous les personnes qui nous ont soutenues en achetant nos cubis.

Simon

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.